Sortie aux 25 bosses

Cette fois la sortie longue s’est déroulée au massif des trois pignons à côté de Fontainebleau. A Noisy sur Ecole sur le circuit des 25 bosses long de 15 km pour 830 m de dénivelé positif cumulé (et autant de descente). Un lieu formidable pour une préparation Trail ou GR en montagne.

José, David, Morgane, Marine, Laurent, Claude, Christelle s’étaient fixé un départ à 6h de Vermand. Direction Moyencourt et Ognolles par les petites routes de campagne pour récupérer Cédric puis Olivier et Céline. Super car cette fois, il y aura un groupe de 5 marcheuses.

Après 3h de route, sans encombre, on arrête à 3 km du but à Milly la Foret  pour acheter du pain. On doit attendre 15 mn pour la fin de cuisson donc on se dirige prendre un café et viennoiserie dans la bar d’à côté. 9h30 , un coup de fil de Jean Paul inquiet qui était venu de son côté avec Chantal et le groupe Spiderman de Sébastien Mention et on reprend la route pour le parking de la croix saint Jérôme.  Très important de connaître le nom du parking où l’on stationne car il y en à 3 autour du site et lorsque vous demandez votre direction sur le circuit vous avez un peu l’air d’un c…

Vers 10 h, c’est parti. Olivier et Cédric se joignent au groupe des plus rapides et Sébastien et Michel viennent se joindre au (soin disant) moins rapide. Dès le début, on sent que ça merdouille sur le parcours. Le fléchage est effacé ou très peu visible. On finit par effectuer marche arrière (lorsque l’on est perdu, la technique est de revenir en arrière à un point sur) et on écoute David qui avait enregistré le parcours dans sa montre GPS Hi tech. Seul hic, on tourne dans le sens inverse qu’il avait prévu et sa montre indique sans cesse hors parcours mais la trace et bonne et correspond bien aux marques que l’on aperçoit. Mais avant de commencer le véritable circuit, nous avions déjà effectué 2 km et 2 bosses donc ce sera le circuit des 27 bosses pour nous. 

Quelques poses photos et vidéos, par ci par là et on avance doucement mais surement. Le soleil commence à faire son travail de sape avec une température autour des 28-30°C. Le moindre passage ombragé (il n’y en a pas beaucoup malgré que nous sommes dans une forêt ?) est apprécié. Quelques passages acrobatiques et les uns et les autres se vannent. L’ambiance est bonne mais l’heure tourne, les muscles fatiguent, la réserve d’eau diminue pour ceux qui en avaient pris. Laurent ne s’attendait pas à ce type d’effort et se basant sur la distance de 15 km et son habitude n’avait pas emporté à boire. Nous avons pu le dépanner et même moi qui connaissait, je me suis fais avoir. Nous avons tous fini les 90 dernières minutes sans la moindre goutte d’eau. Merci aux personnes croisés à 2 km du but de nous avoir permis d’humidifier nos lèvres. Cela a remonté le moral des troupes qui était au plus bas. A chaque fois que l’on croisait des personnes, on leur demandait si nous étions encore loin du parking et tout en avançant, on se prenait des kilomètres en plus en chaque fois. Le meilleur renseignement a été fourni par un groupe de chinois, d’une grande gentillesse, et qui s’est excusé de mal parlé le français. Quelques uns fleurtent avec les crampes, je réduis l’allure. Nous commençons à toucher le fond et José a su nous rebooster : “on tape dans les réserves, on n’est pas habitué à cela et cela nous fera progresser”. Plus facile à dire qu’à faire. David l’écoute mais doute. Lui qui était inquiet au départ à cause de petit alerte de blessure et surpris de ne pas avoir de douleur à ces endroits.  Christelle appelle pour connaître notre position. Olivier, Cédric, Sébastien… sont rentrés mais Jean Paul qui avait rebroussé chemin au km 8 manque à l’appel. De quoi inquiéter, Il est reparti sur le mauvais parking, n’a pas de téléphone et est fâché avec l’orientation. De notre côté, nous nous rapprochons du but, la montre de David et les marques coïncident parfaitement. Grâce à la fonction GPS du smartphone, je confirme que la distance nous séparant de l’arrivée s’amenuise. Nouveau coup de fil de Christelle : “Jean Paul vient d’arrivée”.  Au final nous avons mis près de 5h30 pour effectuer 18 km. Le groupe Olivier et Cédric a aussi cafouillé (le meneur du groupe Nicolas se fiant un peu trop à la technologie sans trop regardé le balisage) car c’est aussi 18 km qu’il avait au compteur et quelques bosses de plus. 

Allez, reste 350 m… on finit en petites foulées et on se jette sur les bouteilles d’eau. Ensuite place au chose sérieuse avec une bonne petite bière en guise d’apéro  pour le plaisir. De courte durée pour David qui l’a bu d’une traite (sans sans rendre compte) : “j’avais soif”. On passe à table. Merci aux filles pour les quiches et autres mets délicieux. Un grand moment de partage et de convivialité qui a durée jusqu’à 18h.

De leur côté, les marcheuses ont effectué environ 14 km pour 3h de randonnée avec l’ascension de 3 bosses et assuré l’intendance d’arrivée. Deux belles prouesses à mettre à leur actif.

Un fin de compte, chacun avait son rôle dans la sortie et CAP 21 était comparable à  une redoutable machine de guerre…. 

Vous aimerez aussi...