Francis Demarez

Francis Démarez faisait parti des doyens du club. 

  Il est décédé à l’hôpital de St Quentin dans la nuit du 28 au 29 avril de la Covid-19. Il aurait fêté ses 85 ans le 24 décembre. 

Hommage à un grand Monsieur

Un exercice très compliqué tellement l’émotion est forte mais je dois bien ça à Francis.

Les mots viennent difficilement et se bousculent dans ma tête. Les larmes coulent, les souvenirs se télescopent et remontent à la surface. Lequel, lesquels conter ? Tous sont aussi plus prenant les uns que les autres.

Francis était un homme avec un grand Cœur, pas une once de méchanceté. Il était d’une grande tolérance et remplit de compassion. Il aimait plaisanter, rires…n’était pas le dernier pour raconter une blague. Il avait ce pouvoir de fédérer les personnes autour de lui pour les emmener dans ses aventures. Un grand Bénévole, de ceux d’une époque révolue, ou le mot bénévole s’apparente à une religion. Il était dévoué, toujours prêt à partager un conseil, donner un coup de main aux autres…. Beaucoup d’associations peuvent lui dire merci.

J’ai connu Francis en 1987. Nous venions d’emménager à Morcourt, juste au-dessus de la mairie. Un petit groupe de joggers se réunissait tous les dimanches matin sous nos fenêtres pour aller courir. Un matin, je suis allé les rejoindre baskets aux pieds. Cela a été le point de départ d’une complicité qui aura duré près de 35 ans. Francis est devenu président de l’ASL (je crois l’année suivante) et a repris à son actif les organisations lancées par Michel Emery, son prédécesseur. Insatiable organisateur, il a remis aux gouts du jour le planning des festivités en programmant des Thé dansant, bals costumés, voyages, lotos, brocantes …. Par contre, nous avons fait le constat que le cross s’essoufflait, l’heure de l’avènement du hors stade était là. En 1992, nous avons décidé de lancer un 10 km route à la fin de la saison des cross. L’aventure était partie.

En 1996, Daniel Cadet, soupçonneux des temps canon réalisés au 10 km de Morcourt est venu mesurer officiellement et à notre insu le parcours. On ne savait même pas que cela existait. Avec le recul : il est vrai que Francis au volant de sa voiture et moi tenant une roue de géomètre par la vitre côté passager ne devait pas être un modèle de précision (même si on avait fait 2 tours). Oups, verdict sévère notre 10 km mesure 9 820 mètres. L’année suivante, j’étais officiel mesureur régional de course hors stade et Francis et moi avions rejoint CAP 21. Depuis, le club a toujours été présent pour assurer la gestion technique du 10 km. Tout comme Francis a toujours été présent aux organisations du club pour prêter main forte. Le 27 novembre 2016, CAP 21 a fêté les 80 ans de Francis et Lucien Villain en parcourant en relais la distance de 160 km.

Francis a déployé depuis sa création une énergie incroyable pour hisser le 10 km à son paroxysme. Même ces dernières années, lorsqu’il était au plus mal à cause de son lymphome, Francis faisait passer les courses avant lui. Une fois la course finie, on ne compte plus les fois ou Monique l’a récupéré à la petite cuillère, épuisé par des mois de préparation. C’est la seule épreuve du 02 à avoir obtenu le Label National.

Mon regret sera de ne pas avoir réussi à faire courir Francis sur son 10 km. Impensable pour lui de courir alors que les autres – les bénévoles – sont au charbon. Il aura passé sa vie à donner pour les autres et aura marqué de son empreinte notre sport.

Francis était aussi un athlète. Que de courses disputaient à ses côtés en Hauts de France et ailleurs. Je me souviens d’un semi de Reims où nous avons passé la ligne de départ, comme des dératés, 5 mn après le coup de pistolet. Nous discutions tranquillement sur le parking sans se soucier de l’horaire. Une autre fois aux Terrils, j’ai terminé les pieds en sang (à cause de graviers dans les chaussures) pour ne pas être distancé par Francis. Il s’est bien foutu de moi à l’arrivée. Ce n’est pas les anecdotes qui manquent. Francis était aussi un compétiteur et il a de nombreux podiums à son actif.

Francis a vu grandir mes enfants Romain et Amandine. Toujours un mot gentil, une attention pour leur faire plaisir.

Malgré ses plus de 80 ans, il est toujours resté jeune d’esprit. Au plus mal, il ne se plaignait jamais et toujours combatif. Il devait avoir encore certainement des projets à nous dévoiler ?

Une forte pensée à son épouse Monique qui l’a soutenu dans toutes ses péripéties. Dans l’ombre de toutes les organisations, Francis savait pouvoir compter sur le soutien indéfectible de Monique.

Merci pour tout Francis

Je garderais de toi, un souvenir inaltérable

 

 

 

Sa dernière organisation, le 28 février 2021, Francis a organisé une sortie course / marche pour le club en guise de 10 km annulé pour Covid !

 

Vous aimerez aussi...